Histoire

Histoire

Découvrez l'histoire de Willerwald à travers différentes époques. 
Connaissiez-vous le nom donné aux Willerwaldois ?
Et ce que représente le blason ? 


Le Blason

C’est Jean PELTRE qui reconstruisit le village en 1618 et laissa ce blason aux armes des PELTRE.
Il est de couleur argent à la fasce d’azur chargée d’une étoile d’or, accompagné de 3 têtes de genettes.

La Genette commune (Genetta genetta), ou Genette d'Europe, est un mammifère carnivore nocturne et discret, de taille, couleur et morphologie qui la font parfois confondre avec un chat. Elle se répartit en de nombreuses sous-espèces vivant en Europe, en Afrique et au Proche-Orient. En Europe, c'est la seule espèce représentante de la famille des Viverridés.
En Europe, elle est essentiellement cantonnée en Espagne et dans le sud-ouest de la France, ainsi qu'en Italie méridionale (récemment en Ligurie).
La genette vit et chasse généralement près des points d'eau, des taillis et des forêts denses.
La genette étant un animal essentiellement nocturne, il est difficile de l'observer en milieu naturel.

Source Wikipédia

Quelques photos...
Le Blason Le Blason Le Blason

Historique du village

Un premier village nommé Weiler/Alberweiller ou Albweiler est connu dès le XIIIe siècle. Il fut détruit au XVIe siècle.

Depuis 1601, un village commença à s’élever sur l’ancien ban défriché.
En 1618, un nouveau village fut fondé à la place de Albweiler et prit le nom de Wilerwaldt, Vueillerval en 1683, Willerwald en 1719, Willerwaldt en 1752, Villerwald fin du 18ème siècle et enfin le nom actuel Willerwald en 1869.

Le 12.7.1611, le duc de Lorraine, pour une avance d'argent, céda à son officier Claude de Bichebois un fief avec la moyenne et basse justice à Willer.
L'officier avait le droit d'instituer le maire et les échevins de la justice. [Arch. M.et M. B 2074, B 734.]
Par une ordonnance ducale du 18.8.1618, Jean Peltre, gruyer et contrôleur de la châtellerie de Dieuze, fut autorisé à construire un village sur un terrain défriché près de Sarralbe sur l'emplacement de l'ancien village de Wilre. Le village pourrait se composer de 30 conduits (ménages) dont 11 maisons de laboureurs et les autres des maisons de journaliers. Chaque conduit de laboureurs devait 1 quarte de blé; le journalier 3 soldes de rente, 3 poules à la Saint Martin, la 7e gerbe de blé et la 7e charretée de foin. Les habitants qui jouissaient d'importantes libertés de vaine pâture fixées par un arrêté ducal du 16.5.1623, devaient encore entretenir l'étang poissonneux du village.
Jean Peltre pouvait en outre ériger un moulin banal près de l'étang de Weiler.

En 1621, le 1er septembre le duc de Lorraine, Henri II, engagea à Claude de Bichebois encore la haute justice à Willerwald (inverti dès 1611 de la basse et moyenne justice, comme il a été dit).
En 1681, le fief se trouvait entre les mains des héritiers de Claude de Bichebois, les Serainchamp et les Saint-Félix.

En 1766 Willerwald passa avec le duché de Lorraine sous la souveraineté de la France, et le prince de Sarrebruck céda à la France les biens qu'il possédait à Willer.

 

Dans les Archives, découvrez plus en détail l'histoire de Willerwald...


2e Guerre Mondiale

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le village a été évacué le 1er septembre 1939 dans le département de la Charente
(à Salles-d'Angles, puis à Châteaubernard et Saint-Félix).

Le village fut bombardé le 14 juin 1940 et occupé par les troupes allemandes le 15 juin 1940.
Également bombardé le 4 décembre 1944, 47 maisons furent détruites complètement et les autres fortement endommagées.

Il fut libéré par l’armée américaine le 5 décembre 1944.

Pour plus di'nfos, lire les articles suivants : Combats de 1940 à Willerwald


2e Guerre Mondiale


Les habitants, D’Krutscheisser

D’Krutscheisser (Les chieurs de choux)

Le curé Koch qui n’avait pas sa langue dans sa poche, reprocha vertement en chaire le comportement grossier de certains jeunes gens du village et blâma leur conduite qui leur faisait préférer les bals aux vêpres.
Echauffés par ces paroles, quelques malappris allèrent nuitamment dans le jardin du prêtre et se soulagèrent sur les choux du bon pasteur. Lorsque celui-ci constata les dégâts le lendemain, il ne put retenir sa colère et les paroissiens eurent droit à la fin du sermon à une véritable volée de bois vert.

Willerwald, Teufelwald, Hurenwald !
Ja! Kinder Gottes wollt ihr werden,
Doch richtige Flegel, das seid ihr auf Erden,
Ihr dreckigen Krutscheisser von Willerwald !
In den Himmel kommen, das wollt ihr ...
Mit dem Arsch im Krut, so bleibt ihr,
Und in die Höll’, da kommt ihr bald,
Ihr dreckigen Krutscheisser von Willerwald !

Willerwald, forêt du diable, forêt des putains !
Vous voulez devenir des enfants de Dieu
Mais vous êtes de vrais rustres sur terre,
Sales chieurs de choux de Willerwald !
Au ciel vous rêvez d'aller ...
Avec vos culs dans les choux vous resterez,
Et en enfer vous serez bientôt,
Sales chieurs de choux de Willerwald !